Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Penser la jeunesse c’est aussi se penser soi, les autres et le monde
Présidentielle : les quatre familles de la jeunesse
Du 3 au 18 novembre, le Finistère prend un coup de jeune
Les quatre modes locaux de régulation sociale

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
1949-2009 : les 60 ans de l’Ecole des parents
Les politiques de l’orientation scolaire et professionnelle
Jeunesses 2.0 : les pratiques relationnelles au cœur des médias sociaux
Les jeunes ont des attentes en matière de relations entre générations

> ile-de-france, centre
Actualités du réseau droit et ville Ile-de-France
L’accès au(x) droit(s) des jeunes : une politique publique nationale
Le CNJ réunit ses 4 commissions
Une consultation des collégiens et d’acteurs de l’éducation par le conseil général

> jeunes en difficulté
L’élève extraordinaire dans l’école ordinaire : difficultés des élèves ou difficultés de l’école ?
La vie juvénile de rue et de cité lors des émeutes de novembre 2005
Des disparités dans la mise en oeuvre du Fonds d’aide aux jeunes
Un partenariat pour désamorcer l’échec chez les 10-18 ans

> zones prioritaires
Seine-Saint-Denis : Des jeunes accompagnés dans la création d’entreprise
Décès de Richard Descoings : dossier sur les conventions éducation prioritaire de Science Po Paris
Programme réussite éducative : le coordonnateur, un nouveau métier ?
Quelle politique jeunesse pour les quartiers populaires


Enquêtes sur les violences urbaines

Comprendre les émeutes de novembre 2005

Les exemples de Saint-Denis et d’Aulnay-sous-Bois
Mis en ligne le mardi 20 mars 2007.

Pourquoi certaines communes ont connu des épisodes de grande violence, là où d’autres, situées à proximité et se trouvant a priori dans une situation sociale et économique comparables, restaient au contraire largement épargnées ?

Deux sites ont été retenus, tous deux situés en Seine-Saint-Denis, la commune d’Aulnay-sous-Bois, qui a connu un épisode de violence d’une particulière intensité au tout début du mois de novembre 2005, et la commune voisine de Saint-Denis, moins touchée.

L’exemple d’Aulnay-sous-Bois (Vincenzo CICCHELLI (Cerlis, Paris 5/CNRS), Olivier GALLAND (Gemas, CNRS), Jacques de MAILLARD (université de Rouen/PACTE), Séverine MISSET (Cerlis, Paris 5/CNRS).

Extraits de l’introduction :

« À Aulnay, les émeutes ont été précoces, violentes et se sont éteintes rapidement. Elles ont commencé relativement tôt, puisque dès le week-end qui suit le déclenchement des violences à Clichy, une certaine effervescence apparaît dans certains quartiers d’Aulnay. Surtout, les jours qui suivent ont été marqués par une croissance rapide des actes de dégradation et d’affrontements avec la police.

C’est entre le 1er et le 4 novembre qu’ont eu lieu les principales violences à Aulnay. Les émeutes y ont été brutales, dans la mesure où des dégradations importantes ont été commises.

Symboliquement, la flambée du concessionnaire Renault dans la nuit du 2 au 3 novembre a attiré les médias internationaux sur Aulnay, la destruction complète d’un magasin de moquette ou encore d’un foyer de personnes âgées ont été des actes très largement répercutés par la presse.

En outre, les émeutes à Aulnay ont été caractérisées pendant deux nuits par des affrontements directs et violents entre les jeunes et la police. Enfin, dernière caractéristique, ces émeutes se sont éteintes rapidement. Elles commencent à décliner le 4 novembre et se termineront quelques jours après. Quand les émeutes se propageront en province, Aulnay sera redevenue une ville calme.

Les auteurs de l’étude ont essayé de comprendre ces différentes dynamiques, en partant de questions simples :
- pourquoi les émeutes ont-elles émergé ?
- Comment se sont-elles développées ?
- Comment et pourquoi se sont-elles arrêtées ?

Y répondre demande d’interroger les différents acteurs jeunes, adultes, professionnels, politiques sur leurs perceptions des émeutes et sur la façon dont ils y ont été impliqués, à des titres divers.

Cela suppose à la fois de comprendre les processus de mobilisation des émeutiers (les motifs d’implication, les dynamiques d’interaction) mais également les logiques de gestion professionnelle et institutionnelle des émeutes (les modes d’action des différents acteurs impliqués) et les modes de mobilisation sociale (dynamiques associatives, rôle des familles). »

Télécharger le rapport : Enquêtes sur les violences urbaines : Comprendre les émeutes de novembre 2005 - Les exemples de Saint-Denis et d’Aulnay-sous-bois, sur le site du Centre d’analyse stratégique- (138 pages)

A noter aussi :

Une journée organisée pour le CERLIS et le CESAMES par Vincenzo Cicchelli et Michel Kokoreff :

Comprendre les émeutes de novembre 2005 - à Paris le 27 mars 2007

Faculté des Sciences humaines et sociales de la Sorbonne, Paris 5 René Descartes

Mardi 27 mars 2007, 10-17h Amphithéâtre Durkheim La Sorbonne 12 rue Cujas, 75005, M° Cluny-La Sorbonne


Partagez cet article :