Injep
 
 
 
Politiques d’éducation et de jeunesse

Accueil et information des jeunes

Participation, engagement, initiatives des jeunes

Lettres d’information du site Ressources jeunesse

Archives
Contact

 


Dans la même rubrique :

Le conseiller principal d’éducation
Délégué Flash édition 2006
Quelle place pour l’éducatif dans l’espace scolaire ?
Quelle place pour l’éducatif dans l’espace scolaire ?

Dans la (les) même(s) thématique(s) :

> études ou recherches
Les professionnels de la jeunesse : unité ou éclatement
Les orientations prises par les bacheliers au cours des dix dernières années ont évolué
Les usages de l’internet mobile, une enquête ethnographique
Les jeunes de 12 à 25 ans, l’ordinateur et internet

> lycée
Val d’Oise : Regards des jeunes sur la justice
Les jeunes déscolarisés accompagnés à la rentrée
Apprendre aux jeunes à avoir une meilleure image d’eux-mêmes
"Chaque voix compte" : des jeunes de la mission locale écrivent et montent sur scène

> participation
"Coup de jeune" en Finistère ! : Kaléidoscope des initiatives jeunes
Participation des jeunes : regard sur six pays
Les 30 ans des conseils d’enfants et de jeunes
Conseils d’enfants et de jeunes : 30 années de dialogue à Schlitigheim


Pratiques citoyennes des lycéens dans et hors de l’établissement

84% des lycéens engagés dans une activité péri ou extra-scolaire

Mis en ligne le jeudi 17 mai 2007.

Pratiques citoyennes des lycéens dans et hors de l’établissement

Une note d’information du mois de mai 2007 du ministère de l’Education nationale (DEPP) [1] :

Le comportement participatif : une notion large

« Le comportement participatif est une notion large qui englobe aussi bien une participation à des activités menées dans un cadre collectivement organisé, pratiquées pour son propre agrément ou sa formation personnelle, qu’un engagement s’exprimant à travers l’exercice d’activités de représentation (tenue de mandats électifs), des prises de responsabilité,ou des actions relevant du bénévolat voire du volontariat, généralement aussi bien dans l’établissement scolaire qu’à l’extérieur de celui-ci. »

En résumé

- À l’automne 2004, cinq lycéens de terminale sur six se déclarent concernés par au moins une activité péri ou extrascolaire de type associatif ou assimilé.
- Ce sont les activités sportives qui sont les plus prisées.
- L’univers extrascolaire attire une proportion plus grande de lycéens, du fait de l’abondance et de la diversité de son offre ; la prise de responsabilité par les élèves y est aussi plus répandue.
- Bien qu’une information soit dispensée sur les diverses fonctions de délégués proposées aux élèves dans de très nombreux lycées, on n’évite pas une certaine méconnaissance de leurs instances représentatives.
- En classe terminale, le poids des contraintes scolaires freine la participation des élèves à des activités collectivement organisées, quel qu’en soit le type.
- Enfin, si l’éducation à la citoyenneté déployée par l’institution scolaire permet de fournir un cadre de connaissances, l’exemple de l’engagement civique d’un proche est plus propice au développement du comportement participatif des jeunes.

extraits

(...)

Quatre lycéens sur dix (43,6 %) participent à la fois à des activités propres à leur lycée et extérieures à celui-ci

« Si la plupart des lycéens (83,7 %) déclarent avoir participé à au moins une activité en 2003-2004, les comportements adoptés dans les deux univers, scolaire et extrascolaire, en matière de participation dans des associations, clubs ou organisations diverses font ressortir un groupe dominant : quatre lycéens sur dix (43,6 %) participent à la fois à des activités propres à leur lycée et extérieures à celui-ci. Un lycéen sur trois (35,2%) ne participe à des activités qu’à l’extérieur de l’établissement, tandis qu’une petite minorité (4,9 %) n’est active qu’à l’intérieur de celui-ci (en partie des élèves internes). »

(...)

Aide humanitaire, défense des droits de l’homme mais aussi de l’environnement

« Dans la perspective de défendre leurs idées, beaucoup de lycéens (plus des trois quarts) expriment un sentiment de proximité vis-à-vis de certaines organisations, relevant principalement de l’aide humanitaire ou de la défense des droits de l’homme,mais aussi de l’environnement. Il est intéressant de remarquer que les taux d’adhésion à de telles organisations (syndicats et partis politiques compris, donc non propres aux jeunes gens) s’établissent aux alentours de 2 % à 3 %. À l’automne 2004, très peu d’élèves de terminale siègent dans un conseil local de la jeunesse (2,3 %), même si trois sur dix prétendentenconnaître l’existence. »

(...)

Les CPE favorables au principe de valorisation d’un engagement civique sur le lieu d’études.

« L’institution scolaire peut chercher à valoriser l’engagement civique qui se manifeste chez un élève au lycée, en fin d’année, sous la forme d’une mention sur le bulletin scolaire ou d’une attestation. Une telle possibilité rencontre les faveurs d’une moitié de lycéens, parmi lesquels ceux qui ont déjà été délégués des élèves sont surreprésentés.

Les formes les plus porteuses à leurs yeux sont les participations à projet dans l’établissement scolaire et les tutorats d’élèves en difficulté  ; il s’agit donc plutôt de rôles novateurs ne s’exerçant pas nécessairement dans le cadre des instances représentatives du lycée.

Du côté des professionnels de l’établissement, ce sont les CPE qui se montrent les plus favorables au principe de valorisation d’un engagement civique sur le lieu d’études.  »

Méthodologie :

L’enquête a concerné, à l’automne 2004, 2 935 lycéens des classes terminales dans les voies générale, technologique et professionnelle, scolarisés dans 421 lycées et échantillonnés au prorata du poids de chaque voie dans la population nationale des élèves des classes terminales préparant au baccalauréat ...

Télécharger la note d’information de la DEPP sur le site education.gouv :

[1] Direction de l’évaluation de la prospective et de la performance


Partagez cet article :